Homepage du site 'Que faire de sa vie ?'
      

Qu'est ce qui modèle l'ambiance au travail ?

Ce qui modèle l'ambiance au travail est le fait que les échanges concernant les problèmes rencontrés puissent être basés sur la prise en compte pragmatique des faits et la collaboration en vue de trouver des solutions pratiques, ou bien soient dominés par des considérations d'ambitions personnelles, de ressentiments, et de primauté des 'bonnes pratiques' sur les faits eux même.

Typologie de fonctionnement des groupes de travail

Le groupe idéal

Tous les individus ont une attitude positive, respectueuse des autres et des faits. Les individus se coordonnent de manière souple et informelle.

Le groupe habituel

Dès que le groupe idéal intègre des individus dont l'ambition sociale dépasse les compétences techniques, ou présentant une personnalité problématique, le fonctionnement du groupe tend à se dégrader. Les échanges constructifs visant à traiter effectivement les problèmes du terrain deviennent empêchés, et les individus qui auraient pu fonctionner harmonieusement dans un groupe idéal se sentent oppressés.
Apparaissent tout ou partie des symptômes suivants :

   •   

Les individus investissent leur temps dans le jeu des alliances, en vue de conquérir les positions de pouvoir, ou simplement de dénigrer.

   •   

L'idéologie (le respect des bonnes pratiques, non démontrées) prend le pas sur les réalités de terrain.
Les individus se protègent, se couvrent derrière l'application de ces règles sans plus tenir compte de la réalité de terrain.

   •   

Le fonctionnement hiérarchique passe de l'autorité de compétence (on écoute celui qui a le plus d'expérience ou de compétence concernant le sujet présent) à la double contrainte hiérarchique : on attend de ses subalternes obéissance aveugle ... et résultats, le tout en évitant de faire remonter les problèmes.

   •   

La performance opérationnelle diminue. Le fonctionnement devient bureaucratique. Le malaise au travail augmente. En effet, l'efficacité opérationnelle devient de plus en plus liée à la seule pression exercée par la hiérarchie.

Le groupe géré

La mise en place volontariste d'un système, que l'on peut appeler au choix Gemba, Talk, ou plus simplement journal des problèmes, permet de canaliser les échanges vers la résolution des problèmes de terrain, et donc de restaurer le fonctionnement harmonieux du groupe, ainsi que l'efficacité opérationnelle.

Ce système vise à :

   •   

Rendre visibles les problèmes de terrain, et favoriser les échanges transversaux (être concerné par les problèmes des autres).

   •   

Eduquer les individus à la technique de résolution méthodique des problèmes (constater, analyser, trouver des solutions d'amélioration, mettre en oeuvre).

S'opposent à la mise en place d'un tel système les individus ayant une ambition sociale trop élevée par rapport à leurs compétences réelles, et les individus présentant certaines personnalités problématiques. Le système volontariste du journal des problèmes permet d'empêcher quelques uns de ces individus de dérégler le fonctionnement harmonieux de l'ensemble du groupe, sous réserve qu'ils restent minoritaires ... et que le grand chef soutienne la démarche.

Approfondir

Se reporter au chapitre 9 du livre Du capital à la raison : Le journal des problèmes.
Voir aussi les questions 'Que représentent les bonnes pratiques dans le monde du travail ?' et 'Quelles sont les conditions à réunir pour produire un raisonnement sérieux ?'