Aphorismes de Hubert Tonneau

Ces quelques aphorismes sont librement inspirés de points clés du livre Du capital à la raison.
Les plus humoristiques ne sont pas forcément les premiers, mais ils sont les meilleurs.

 

Pour changer le monde, la première étape consiste à mettre fin à 2500 ans de philosophie exclusivement préscientifique, c'est à dire se satisfaisant du simplement plausible.

❖ ❖ ❖

Marx avait tort. Depuis, plus personne n'ose s'aventurer sur les chemins escarpés de la pensée au delà de dénoncer.

❖ ❖ ❖

Public et privé présentent la même maladie congénitale : la prolifération progressive des fonctions support.

❖ ❖ ❖

Qu'il s'agisse de l'hôpital, des musées, de l'université, et de bien d'autres services publics :
remplacer les potentats issus du métier par des gestionnaires n'est qu'une mauvaise solution à un vrai problème.

❖ ❖ ❖

Une organisation du travail pour le 3ᵉ millénaire, expliquée en trois minutes :
1. On découpe en entités d'une centaine de personnes
2. On privilégie la formation et l'autonomie des opérationnels à la base, donc on réduit l'encadrement et les fonctions support au strict minimum
3. On se contente d'auditer périodiquement le fonctionnement de la structure, par des personnes extérieures dont certaines exercent dans des structures similaires
4. L'audit ne fournit pas de solutions, seulement la mise en lumière des problèmes
5. Si le fonctionnement est globalement non satisfaisant dans la durée, on démet le responsable de l'entité
6. Enfin, si les dysfonctionnements majeurs persistents, on finit même par démettre l'ensemble du personnel.

❖ ❖ ❖

Une petite structure tend à se faire exploiter. Une grande tend à devenir oppresseuse. Conclusion : il nous faut de moyennes structures.

❖ ❖ ❖

Autrefois, le chef avait un fouet, maintenant il a un tableur.

❖ ❖ ❖

Par souci d'équité, ceux qui n'ont pas la chance d'avoir un travail utile auront un travail bien payé.

❖ ❖ ❖

salaire  =  ce que l'on fait faire ou subir aux autres  ─  ce que l'on fait ou subit soi même.

❖ ❖ ❖

Avant, les employés avalaient sans problème des couleuvres. Mais la mode vegan est passée par là, et maintenant ils ne veulent plus que du blé. Sale temps pour les patrons.

❖ ❖ ❖

A un patron, il faut toujours demander l'impossible. Au moins, on sait pourquoi on ne l'obtient pas.
Le patron, c'est celui qui demande l'impossible à ses employés, et ne comprend pas pourquoi il ne l'obtient pas.

❖ ❖ ❖

Grand patron, grand ego, grands discours, petits copains.

❖ ❖ ❖

Petites pertes, gros ennuis de la part du banquier. Grosses pertes, petits ennuis pour le banquier.

❖ ❖ ❖

Un bon chef décide et ordonne très peu. Il est simplement garant de la qualité de ce qui est fait.

❖ ❖ ❖

L'art du management, c'est de bien gérer à la fois le court terme et le long terme. Personne ne fait bien les deux, donc il y a besoin de deux chefs.

❖ ❖ ❖

Les films et les contes nous rejouent à l'infini la lutte du bien contre le mal. Tout l'enjeu y est : est-ce que le gentil chef va finir par triompher du méchant. Dans la vraie vie, l'enjeu n'est pas là, et qui des deux gagne ne change finalement pas grand chose.

❖ ❖ ❖

Avant, il y avait les gentils et les méchants, et chacun choisissait son camp. La dissonance cognitive, c'est cette terrible découverte que les gentils agissent souvent méchamment sans même s'en apercevoir, et que la majorité des méchants ne se voient sincèrement pas comme tels. Depuis, on ne s'y retrouve plus.

❖ ❖ ❖

Autrefois, pour faire carrière, on entrait au grand séminaire, maintenant on entre dans une grande école de commerce. On y apprend toujours la même chose : le dogme et le copinage. Par contre, avant on était censé ne baiser personne, maintenant on baise tout le monde. 68 est passé par là.

❖ ❖ ❖

Dans un environnement social pourri, la morale ne peut être que stoïcienne.

❖ ❖ ❖

Pour ne pas être opportuniste, il faut être ... un peu con. La morale est bien ingrate.

❖ ❖ ❖

Il faut être un peu tordu pour chercher à faire le bien : faire le mal est tellement plus naturel !

❖ ❖ ❖

Berner les autres : la jouissance suprême de tout imbécile qui se respecte.

❖ ❖ ❖

On aurait pu penser que l'homme montait du singe. Il en descend. La faute à la dissonance cognitive.

❖ ❖ ❖

Se mentir à soi même est la formule magique pour bien vivre ... au détriment des autres. Mais quand trop d'hommes la prononcent, elle transforme le paradis terrestre en enfer sur terre.

❖ ❖ ❖

Pourquoi se plaindre d'être trompé par sa femme, alors que l'on s'accommode fort bien d'être trompé par soi même, voir même de se tromper soi même ?

❖ ❖ ❖

L'humanisme, ce navire grandiose qui a sombré lors de sa première traversée, éventré par l'iceberg de la nature humaine.

❖ ❖ ❖

L'humanisme, c'est ce que l'on voudrait qui soit. Le népotisme généralisé et la dissonance cognitive, c'est ce qui est.

❖ ❖ ❖

Une organisation sociale adaptée vous protège comme les murs d'une forteresse. La morale individuelle des autres vous protège comme les murs de votre jardinet.

❖ ❖ ❖

Le capitalisme est une forteresse, dans laquelle n'entrent que les riches.

❖ ❖ ❖

La France sera bientôt en faillite, il est temps de réimprimer des emprunts russes.

❖ ❖ ❖

Appliquer la méthode standard, c'est comme conduire tout droit, les yeux fermés : c'est beaucoup moins dangereux que de tourner le volant au hasard dans tous les sens.

❖ ❖ ❖

J'adore Les chemins de la philosophie. Ils ne tournent pas en rond, et pourtant, ils ne mènent nulle part.

❖ ❖ ❖

Quand on voit comment il tient un raisonnement, ou une promesse, on se demande si l'homme a vraiment des mains.

❖ ❖ ❖

Un raisonnement con si concis qu'on s'y fie. C'est si con, une pub.

❖ ❖ ❖

Un raisonnement rigoureux, c'est un peu comme une licorne. On croit savoir ce que c'est, mais on en rencontre jamais.

❖ ❖ ❖

La rhétorique consiste à faire semblant de raisonner, par courtoisie pour les auditeurs qui font semblant de suivre.

❖ ❖ ❖

L'intelligence collective est à la raison ce que le communisme est à la production.

❖ ❖ ❖

Un raisonnement rigoureux, c'est aussi pénible qu'un hiver rigoureux. On n'attend qu'une chose : qu'il finisse.

❖ ❖ ❖

Un bon raisonnement, je ne sais pas ce que c'est, mais une bonne décision, c'est une décision qui m'est favorable.

❖ ❖ ❖

Urbains salariés, ils vous faudra bien finir par choisir : augmentation du salaire, ou diminution du sale air.

❖ ❖ ❖

Il y a quelques années, les français ont voté “ travailler plus pour gagner plus ”. L'histoire montre aujourd'hui qu'ils auraient mieux fait de voter “ travailler moins pour perdre moins ”.

❖ ❖ ❖

Quand les paysans crèvent, les citadins continuent à grossir. Allez comprendre.

❖ ❖ ❖

Nous manquons d'humanité. L'humanité ne manquera à personne.

❖ ❖ ❖

Avoir réussi, c'est juste avoir un peu plus que son voisin : la croissance ne sert à rien.

❖ ❖ ❖

Les hommes naissent et demeurent égaux en droit. Heureusement qu'il reste la hiérarchie sociale, sinon ils n'auraient plus de raison de s'étriper.

❖ ❖ ❖

L'humanité, cet adolescent qui croit qu'il pourra fuguer quand il aura mis le feu à la maison.

❖ ❖ ❖

Le petit geste, la grande excuse.

❖ ❖ ❖

Idéal : anti-septique indispensable pour rester sain dans un monde pourri.

❖ ❖ ❖

Rationalité : catalyseur de l'idéal.

❖ ❖ ❖

En appliquant la lettre et non l'esprit de la loi, la justice renouvelle son allégeance aux puissants.

❖ ❖ ❖

Une Europe qui ne parle pas l'Esperanto, c'est une Europe désespérante.

❖ ❖ ❖

Heureusement qu'il cherchait le graal et non la vérité. Sinon, Arthur serait resté skotché devant sa télé.

❖ ❖ ❖

Le modèle relationnel finira par fonctionner ... dès que le monde aura fini de bouger tout le temps.